(JPG)

www.racontemoimonarbre.com

* Qui sommes-nous ? Nos buts

Actus Généalogie

Manifestations généalogie en France

Congrès Forums Généalogie

Un passage délicat, nos petits-enfants demain ?

Les effets du secret en question :

Quel hérite-âge lèguerons-nous aux enfants de demain ? Nous nous la posons !

Dans l’air du temps :

L’étude du Transgénérationnel, la Psychogénéalogie, permet
d’observer l’organisation souterraine d’une famille sur plusieurs générations, On s’aperçoit que les chagrins, regrets, ressentiments, culpabilités, rejets, éprouvés par les générations antécédentes..., non guéris en leur temps, laissent leurs empreintes dans le contemporain,

Cette étude permet de donner du sens sur des blocages dans le vécu d’enfants, d’adultes : phobies, handicaps, relations fusionnelles ou clivages, croyances limitantes, stérilités, fausses couches à répétitions, problèmes de santé, échecs sentimentaux, professionnels, scolaires, d’apprentissage, ... ou autres difficultés dans l’ici et maintenant, comme une métaphore de l’inaccepté jadis. De l’inaudible. De l’impensé.

Optimiser l’avenir :

En matière légiférée sur l’identité,
que va-t-il se refouler dans l’inconscient de la sphère familiale où les générations à venir puiseront matière à devenir ?

Comment apporter aux enfants et ados un point d’appui suffisament structurant pour leur identité, _ dans cette ambivalence sociétale et juridique, cette dychotomie et ce double bind : "protégeons en priorité les enfants, mais surtout protégeons d’abord et avant tout les désirs des adultes ?"

... alors que la société vaque à une disparité des repères, amorce un profond changement sur les questions parentales, d’adoptions, mariages homosexuels, ce qui est son droit,
mais que, par ailleurs, elle refuse que soit autorisée la révélation de l’identité des parents biologiques aux personnes et enfants nés sous X, la plupart en grande souffrance de ne pas connaître leur origine biologique, sociale, culturelle, à l’heure, pardonnez-moi la violence de ces propos, de la traçabilité des animaux en boucherie obligatoire (gare à la répression des fraudes) !

Dans quels présupposés les familles expliqueront-elles leur choix à leurs "rejetons" , de leur faire "porter" le patronyme maternel plutôt que le patronyme paternel comme d’usage (avec toutes les charges émotionnelles que cela implique), à la naissance, là où "naît-sens", Nom de filiation qu’ils transmettront chargé de sens, injonctions, certitudes, à leur descendance ?

Quel profil ces descendants pourront-ils adopter, alors qu’ils ont été otage du "bon côté" et du "mauvais côté" parental, . Comment pourront-il s’identifier ou se projeter dans leur potentiel masculin et féminin du fait d’une sélection prioritaire entre identité maternelle ou paternelle (et la chaîne généalogique qui s’y réfère,) ayant fondé leur carte du monde ?
Connaître la théorie de Jung sur les "préférences naturelles ne saurait suffire à libérer l’indible mécontentement émotionnel, endiguer les relations de causes à effets d’une génération à une autre , sauf si transcendance de l’être... elle n’est pas si courante ! A moins encore que l’Homme ait, collectivement inconsciemment, réellement décidé de s’affranchir de toute loi fondatrice pour inventer de nouveaux paradigmes ? Mystère ! Pourquoi pas ? Mais ayons conscience que toutes ces histoires personnelles forment un monde constitué de personnes aux états d’âme à respecter.

En matière scientifique et biologique
A-t-on évalué toutes les répercussions des "progrès technologiques" sur ce qu’aurons à vivre émotionnellement les générations futures ?
Cette marche en avant extra-ordinaire des progrès scientifiques n’a-t-elle pas aussi quelques parts d’ombre ? Quelles empreintes laissera-t-elle au collectif mais aussi à la personne demain, si les parents certes mais aussi la société n’ont pas suffisamment exploré la motivation de leurs choix, leurs projections ou identifications non conscientes, leurs dénis ou secrets de famille ?

=Quid de l’enfant né d’une F.I.V., d’un don d’ovocyte ou de gamètes dont l’origine n’est pas dévoilée, et si le secret est entretenu autour de sa conception ? Sujet douloureux pour des parents soumis au poids du secret parfois lourd à porter ; sujet épineux lorsque l’enfant grandit et peut rencontrer certaines complications ayant pu naître de croyances et projections parentales ou familiales inconscientes. Rien n’est pire qu’une famille qui sait, alors que seul l’intéressé est soumis au secret !

= Quid de l’enfant né de la performance d’une Gestation pour Autrui, sachant que tous les bébés dans le ventre d’une mère captent les sons, les odeurs, l’émotionnel, les deuils non accceptés, etc... Quelles empreintes ou "emprunts" cet enfant aura-t-il à assumer en plus du sens de sa famille, des projections et identifications non conscientes ? Les secrets de famille concernent aussi les enfants de la mère porteuse. De quelles interprétations du monde maternel auront-ils pour s’identifier, et se projeter ? Quelle est la part de l’inconscient ou du conscient de ces enfants qui acceptera que leur mère est capable de donner un enfant (pourquoi pas eux alors ?) Un accompagnement sérieux est-il prévu pour eux, ayant à se taire car "on ne trahi pas ses parents" ?

= Qu’en sera-t-il après l’utilisation expérimentale ou médicale, ou la destruction des embryons congelés surnuméraires, des parents souvent culpabilisés ? des enfants vivants parce que "eux" on les a choisis au détriment d’autres tués ? Seront-ils accompagnés psychologiquement, ? Tenus au secret ? et Quid de leurs descendants ?

= Quid des enfants surnommés "non-compatibles", devant être soignés en psychiatrie enfantine, traumatisés d’être délaissés après avoir été conçus uniquement pour être des enfants donneurs en vue de sauver l’organe malade d’un frère ou d’une sœur, mais in fine "non compatibles" (termes de consultations)… Quid de leurs descendants ?

= Quid de la nouvelle expérience de congeler le cordon ombilical de son enfant pour y prélever des cellules et se "réparer" en cas de besoin ? Plusieurs sportifs de haut niveau ont parait-il une certaine longueur d’avance sur cette idée du dépassement de soi et des confusions identitaires...

Mon travail d’analyste transgénérationnelle est constamment interpellé par les résultats de confusions et télescopages entre générations. Et dans cette nouvelle technologie de pointe, Quid de la descendance de ces diades fusionnelles par cordon interposé ?

D’une vie "à l’envers" à une vie "allant vers"...

Ajoutons les nouvelles dispositions successorales,
bien qu’en demandant aux parents leur accord, le législateur a-t-il ou at-elle sous-estimé les poids des "non-dits familiaux" en autorisant des grands-parents à faire un legs testamentaire à leurs petits-enfants, salutaires pour certains, destructeurs pour bien d’autres ! Est-il prévu un véritable accompagnement, individuel ou familial, pour crédibiliser le geste, donner la juste place aux parents ou aux enfants parfois culpabilisés ? Comment se cristalliseront dans la famille d’inmanquables non-dits à ce sujet ? Dans quelles indulgences ou rivalités seront plongés les sacrifiés, les privilégiés, leurs descendants ? Effets boomerangs ou pacification dans les vécus présents et futurs ?

Alors, dans les questions et législations qui agitent la société actuelle sur l’identité, conception assistée, filiation, adoption, alliance, droit de mourir, donations aux petits-enfants au détriment parfois des parents ou fratries, .., combien de résiliences mais aussi de contentieux ("contes-en-cieux" ou "comptes-en-cieux"), émotions, chagrins, finiront-ils par se cristalliser encore dans l’inconscient familial pour ressurgir dans deux générations en loyautés, dépendances, réparations, négations aussi ? Quels nouveaux secrets de famille énergétivores seront pour beaucoup fabriqués, pour d’autres ouverts vers une humanité plus satisfaisante ?

Quelles résistances au changement vont se faire plus dures ou finir par céder ? Quels comportements jusque là tabous ou inhibés vont émerger, parfois s’exacerber par réaction, produisant à leur tour des sens et contre-sens dans le parcours transgénérationnel ?
Quels ressentiments auront à être dédramatisés pour que les générations suivantes ne paient pas les pots cassés, puisque ces transmissions là, non conscientes, non expliquées encore scientifiquement mais cliniquement observées, poursuivent leurs courses folles ainsi dans la chaîne des âges ?

Depuis toujours, certes, chaque génération montre des trésors d’imagination pour faire mieux que ses pères, arpenter de nouveaux paysages, enfanter des lendemains ... et gageons que la vie aura l’humour et l’amour indispensables dans toute démarche de retour sur soi pour que nos petits-enfants et arrières petits-enfants vivent heureux.

Noëlle le Dréau, Analyste Transgénéationnelle, Conférencière
Lyon le 18 septembre 2006